L'APOCALYPSE EN MARCHE, UNE CHALEUR MORTELLE ...

 

L’APOCALYPSE EN MARCHE,

UNE CHALEUR MORTELLE…

 

          Dans un précédent article (« L’Apocalypse en marche, la terre se réchauffe » ), nous avons mentionné les conclusions d’une enquête réalisée par David Wallace-Wells, du New York Magazine.

          Le journaliste égrène froidement les faits et les menaces, répertoriés en huit catastrophes à visage apocalyptique. Nous parlions du réchauffement de la planète, voici une autre menace : une chaleur mortelle.

 

          Rappelons les prophéties bibliques à ce sujet : « Le quatrième [ange] versa sa coupe sur le soleil. Et il lui fut donné de brûler les hommes par le feu ; et les hommes furent brûlés par une grande chaleur, et ils blasphémèrent le nom du Dieu qui a l’autorité sur ces fléaux, et ils ne se repentirent pas pour lui donner gloire. » (Apocalypse 16.8-9)

          Le dernier prophète de l’Ancien Testament, Malachie, écrit : « Car voici, le jour vient, ardent comme une fournaise, tous les hautains et tous les méchants seront comme du chaume ; le jour qui vient les embrasera, dit l’Éternel des armées, il ne leur laissera ni racine ni rameau . » (Malachie 4.1)

 

          Des modifications profondes se produisent sous nos yeux. Le bouleversement climatique met en évidence la véracité de la Parole de Dieu. Les radiations émanant du soleil et qui sont normalement tamisées et comme filtrées par des couches protectrices, ne les rencontrant plus, vont provoquer un intolérable degré de chaleur dont les hommes auront à souffrir cruellement. L’apôtre Jean note alors, dans son Apocalypse, que le tourment des êtres humains sera tel qu’ils se mordront la langue de douleur (16.10)

 

          « Vous avez peur de la montée des eaux, mais cela occulte les autres menaces. Fuir les côtes ne suffira pas », précise David Wallace-Wells. Plein de sollicitude pour ceux de ses lecteurs qui auraient l’optimisme un peu trop facile, l’auteur explique que la chaleur de l’air sera elle-même extrêmement délétère pour l’être humain.

 

          « La canicule de 2003, qui a tué 2000 personnes par jour, deviendra la norme en Europe ».

          « Pour survivre, la température de l’air doit être assez fraîche pour que la régulation thermique par la peau soit efficace », décrit-il. Or, à 7°C de réchauffement, cela deviendrait impossible pour une large bande équatoriale de la planète, particulièrement sous les tropiques. « Au Costa Rica, ou l’humidité est de 90%, se promener dehors par plus de 40°C pourrait déjà être mortel. En quelques heures à peine, le corps humain serait mortellement cuit. »

En Inde, à Calcutta, une vague de chaleur a fait plus de 800 morts en une semaine en 2015. Il a fait plus de 45°C à Delhi et 48°C dans l'Andhra Pradesh. Si les pires scénarios se confirment, à 11 ou 12°C de réchauffement, la moitié de la population telle qu’elle est actuellement répartie sur la planète mourrait directement de chaud. Mais même à 4°C de réchauffement, « la canicule de 2003, qui a tué 2 000 personnes par jour, deviendra la norme en Europe ».

          Malgré tous ces fléaux, la Parole de Dieu déclare : « les hommes blasphémèrent le nom du Dieu qui a l’autorité sur ces fléaux, et ils ne se repentirent pas pour lui donner gloire. » (Apocalypse 16.9)

 

          Cher lecteur, Jésus revient, comme il l’a promis. Si, jusqu’ici, vous avez fermé votre cœur à Jésus-Christ, sentez aujourd’hui la nécessité de vous repentir de vos péchés, et de croire au pardon de Dieu. En mourant à votre place sur la croix, Jésus a expié vos fautes. Il a la puissance de transformer votre existence tout entière et de faire de vous un enfant de Dieu.

 

          Ami chrétien, l’heure n’est pas à la tiédeur, ni à une vie spirituelle médiocre. Repentons-nous de notre sommeil spirituel, et relevons-nous. Rachetons le temps, les jours sont mauvais. Consacrons-nous à nouveau à notre Seigneur.

 

Paul BALLIERE

www.batisseszvotrevie.fr