L'APOCALYPSE EN MARCHE, UNE FAMINE MONDIALE ...

         

          Dans nos deux précédents articles (« L’Apocalypse en marche, la terre se réchauffe » et « une chaleur mortelle » ), nous avons mentionné les conclusions d’une enquête réalisée par David Wallace-Wells, du New York Magazine.

          Le journaliste égrène froidement les faits et les menaces, répertoriés en huit catastrophes à visage apocalyptique. Voici la troisième menace: une famine mondiale.

 

          Il y a certes des variations suivant les cultures et les climats, mais la règle générale pour les céréales poussant actuellement à leur rendement optimal, est que « chaque degré de réchauffement supplémentaire diminue les rendements agricoles de 10 %. Certaines estimations montent à 15 ou 17 %. » Avec un réchauffement de 5°C à la fin du siècle, l’équation cauchemardesque serait donc : comment nourrir une population 50 % plus nombreuse avec 50 % de céréales en moins ?

 

          Au sortir du temple de Jérusalem, les disciples demandèrent à Jésus : « Dis-nous...quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde ? » Au nombre de tous les signes annonciateurs de son retour, Jésus dit : « Il y aura, en divers lieux, des famines... » (Matthieu 24.7) « ...Il y aura des famines. Ce ne sera que le commencement des douleurs. » (Marc 13.8) « Il y aura...en divers lieux, des famines » (Luc 21.11) Bien que l’humanité ait connu d’effroyables famines, nous nous acheminons vers des bouleversements planétaires sans pareils. La prophétie de Jésus est en marche. Son accomplissement va être effrayant.

 

          David Wallace-Wells anticipe le contre-argument voulant que le réchauffement libérera a contrario des terres aujourd’hui trop froides pour être cultivées, comme le Groenland. Mais « déplacer les cultures vers des régions plus froides sera compliqué car ces terres sont souvent peu fertiles, comme dans le nord du Canada ou de la Russie », affirme-t-il.

En plus de la chaleur, l’autre calamité agricole sera la sécheresse. « Il y a unanimité sur le fait que des sécheresses sans précédent pourraient se multiplier à peu près partout où l’on produit de la nourriture aujourd’hui », alerte le journaliste. A moins que l’on ne réduise drastiquement les émissions de gaz à effet de serre, l’Europe du Sud connaîtra constamment, d’ici 2080, des sécheresses extrêmes, « bien pires que le Dust Bowl américain ne l’a jamais été ».

          Les sécheresses pourraient devenir plus fréquentes et bien plus intenses à cause du réchauffement climatique. David Wallace-Wells rappelle fort à propos que nous n’avons pas le luxe d’avoir une marge de manoeuvre en la matière, alors que 800 millions de personnes souffrent déjà de sous-nutrition dans le monde : « Selon l’ONU, les famines en Somalie, au Soudan du Sud, au Nigéria et au Yémen pourraient tuer 20 millions de personnes rien que cette année. »

 

          Que le peuple de Dieu prête l’oreille et le coeur à la Parole de Dieu ! Le Seigneur veille sur cette parole pour l’accomplir parfaitement.

 

Paul BALLIERE

www.batissezvotrevie.fr