RENDEZ-VOUS A LA MONTAGNE DE LA MYRRHE

 

RENDEZ-VOUS A LA MONTAGNE DE LA MYRRHE

 

«Avant que le jour se rafraîchisse, et que les ombres fuient,

j'irai à la montagne de la myrrhe et à la colline de l'encens.»

(Cantique des cantiques 4.6)

 

          Ce sont les paroles de Sulamith. Salomon décrivait la beauté de la jeune fille. Elle l'interrompt, souhaitant qu'avant la fin du jour, elle puisse s'échapper sur la montagne où son bien-aimé paît son troupeau.

 

Quand les ombres auront fui

 

          Dans nos précédentes études, nous avons parlé de la nécessité de cultiver les traits de notre beauté spirituelle, et de les porter à la perfection. Nous savons qu'un jour, nous porterons l'image du céleste.

 

          « De même que nous avons porté l'image du terrestre, nous porterons aussi l'image du céleste », écrit Paul (1 Corinthiens 15.49).

 

          « Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n'a pas encore été manifesté; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu'il est » (1 Jean 3.2).

 

          C'est pourquoi l'apôtre Jean ajoute: « Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui-même est pur » (1 Jean 3.3).

 

          Désirons manifester, de plus en plus, le caractère et la beauté de Jésus.

 

La montagne de la myrrhe

 

          La montagne de la myrrhe évoque sublimement l'amour de Christ exprimé dans les souffrances de la croix. Voyez-le gravissant Golgotha sous les injures et les moqueries. « Ils conduisirent Jésus au lieu du crâne. Ils lui donnèrent à boire du vin mêlé de myrrhe, mais il ne le prit pas. » (Marc 15.23)

          Quelques heures plus tard, après sa mort, « Nicodème, qui auparavant était allé de nuit vers Jésus, vint aussi, apportant un mélange d'environ cent livres de myrrhe et d'aloès » (Jean 19.39). Cette colline de la honte, où notre Sauveur expia nos crimes, est la montagne de la myrrhe.

          C'est la croix qui, bien plus qu'une multitude de bénédictions, peut nous donner la plus grande révélation de Christ. Pour ceux qui aiment Jésus, le Messie souffrant affecte plus leur cœur que le Messie glorifié. Le roi couronné d'épines a expié nos péchés et a fait sienne chacune de nos douleurs, selon qu'il est écrit: « Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé; et nous l'avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. » (Esaïe 53.4-5)

          Amis croyants, allez donc respirer à la montagne de la myrrhe. C'est là que votre Bien-aimé vous attend. Sentez la profondeur de sa passion sur le chemin du calvaire, et l'atrocité de ses souffrances à la croix. Remplissez les poumons de votre âme de cet air vivifiant. Aimez votre Sauveur. Aimez celui qui vous a aimés le premier. A en mourir.

 

          « Avant que le jour se rafraîchisse, et que les ombres fuient » (v.6), à l'aube du grand jour, nous viendrons vers Jésus. « Quand Christ, votre vie, paraîtra, alors vous paraîtrez avec lui dans la gloire » (Colossiens 3.4). Il faut un travail du Saint-Esprit dans notre cœur, en attendant ce jour, pour ressembler davantage à Jésus.

 

          Ne pouvons-nous pas aussi, nous les croyants, aller ensemble à « la montagne de la myrrhe » ? N'est-ce pas ce que nous faisons d'ailleurs, lorsque nous célébrons le mémorial de la mort de notre Seigneur, lors de la Cène ? En partageant le pain et le vin, respectivement symboles du corps et du sang de Christ, chacun de nous s'écrie: « J'ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi. » (Galates 2.20)

 

La colline de l'encens

 

          « J'irai...à la colline de l'encens» (v.6).

 

          Si la myrrhe évoque les souffrances de la croix, l'encens est une image de la prière. David dit à Dieu: « Que ma prière soit devant ta face comme l'encens. » (Psaumes 141.2) D'autres textes de l'Écriture associent les parfums aux prières des croyants. J'invite mes lecteurs à étudier Luc 1.8-11; Apocalypse 5.8, 8.3-4.

 

          Christ est notre rédempteur. Il est aussi notre intercesseur devant le Père. La myrrhe et l'encens sont inséparables. N'est-ce pas ce qui transparaît, symboliquement et prophétiquement dans l'offrande des mages ? « Ils entrèrent dans la maison, virent le petit enfant avec Marie, sa mère, se prosternèrent et l'adorèrent; ils ouvrirent ensuite leurs trésors, et lui offrirent en présent de l'or, de l'encens et de la myrrhe. » (Matthieu 2.11)

 

          Chères âmes, vous ne pouvez aller vers votre Bien-aimé Jésus à la montagne de la myrrhe, sans être entraînées par lui à la colline de l'encens. Qui pourrait séparer Gethsémané, de Golgotha ? Qui prétendrait vivre une vie chrétienne authentique, dépouillée de prière ? Contemplez la très sainte agonie de votre Sauveur dans le jardin des oliviers. Sondez l'angoisse de son âme. Voyez les grumeaux de sang à terre. Entendez ses cris face à l'enfer mobilisé tout entier contre lui. Prêtez l'oreille à sa prière. « C'est lui qui, dans les jours de sa chair, a présenté avec de grands cris et avec larmes des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et a été exaucé à cause de sa piété... » (Hébreux 5.7) Puis tombez à genoux. Jetez à ses pieds percés les guenilles d'une vie de prière en lambeaux. Menez deuil sur votre âme languissante et vos genoux affaiblis. Prenez en dégoût le manteau rapiécé d'une religiosité froide, vous qui autrefois preniez tant de plaisir dans la présence de Jésus. Admirez votre Souverain Sacrificateur, intercédant pour vous à la droite du Père.

 

          « Christ est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous ! » (Romains 8.34) Commandez à votre âme de se réveiller et, dans un nouvel élan d'amour, prenez cette ferme résolution: « J'irai à la colline de l'encens ». Comment avez-vous pu séparer la montagne de la myrrhe, de la colline de l'encens ? Lisez et relisez encore, sans vous lasser jamais, le glorieux chapitre dix-sept de l'Évangile de Jean. La croix n'a pas encore été dressée à Golgotha, mais dans ce chapitre, le Saint-Esprit vous conduit à Christ, votre médiateur, votre souverain sacrificateur. C'est une prière par anticipation. Jésus prie comme s'il était déjà dans le lieu très-saint pour Dieu et pour vous.

          Bien-aimés, nous sommes encore debout par la grâce du Seigneur. Que de fois l'adversaire nous a réclamés pour nous cribler comme le froment ! Mais Jésus a prié pour nous, et nous sommes là. Gloire à son nom ! Nous sommes constamment sur son cœur, comme les pierres précieuses l'étaient sur le pectoral du grand sacrificateur en Israël. Nous avons notre place et notre héritage dans son amour.

          Comprenons que la montagne de la myrrhe et la colline de l'encens représentent l'élévation à laquelle notre âme peut parvenir, lorsque nous contemplons Christ dans sa mort et dans son intercession. Nous nous élevons alors bien au-dessus des pensées humaines. « Mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos voies ne sont pas mes voies, dit l'Éternel. Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées » (Esaïe 55.8-9). Développons donc notre communion avec Jésus. Perfectionnons-nous. Travaillons au développement de notre beauté spirituelle en tant qu'épouse de Jésus-Christ. Paul écrit aux Corinthiens:

 

          « Ce que nous demandons dans nos prières, c'est votre perfectionnement...Au reste, frères, soyez dans la joie, perfectionnez-vous... » (2 Corinthiens 13.9,11)

 

          « Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette bonne œuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ...Et ce que je demande dans mes prières, c'est que votre amour augmente de plus en plus en connaissance et en pleine intelligence pour le discernement des choses les meilleures, afin que vous soyez purs et irréprochables pour le jour de Christ. » (Philippiens 1.6,9-10)

 

          Toutes les facultés de l'homme adulte sont déjà dans le petit enfant, mais elles doivent se développer. Il en est ainsi pour le chrétien lorsqu'il entre dans la vie de Dieu par la nouvelle naissance.

 

Paul BALLIERE

www.batissezvotrevie.fr

 

Écrire commentaire

Commentaires: 23
  • #1

    Rene (jeudi, 06 septembre 2018 06:19)

    Heureux de te retrouver et d’avoir le plaisir et la bénédiction de te lire a nouveau

  • #2

    Santiago (jeudi, 06 septembre 2018 06:57)

    Amen
    Merci et heureux moi aussi de pouvoir vous relire de nouveau.
    Que le seigneur vous benisse abondamment.

  • #3

    Evelyne (jeudi, 06 septembre 2018 07:10)

    Merci cher frère,toujours une joie de lire vos messages,trop heureuse de vous lire a nouveau ,que notre Seigneur vous bénisse

  • #4

    PESNEL (jeudi, 06 septembre 2018 07:21)

    Bonjour Pasteur,
    UNE grande joie de retrouver vos messages, Dieu vous bénisse abondamment,

  • #5

    Rose-Marie (jeudi, 06 septembre 2018 07:52)

    Bonjour Pasteur Balière,

    Très heureux mon mari et moi de vous retrouver et de lire vos messages. Que notre merveilleux Seigneur et Maître vous bénisse richement ainsi que votre épouse.

  • #6

    Carine (jeudi, 06 septembre 2018 08:02)

    C est avec beaucoup de joie que j ai retrouvé le chemin du site.
    Je rends grâce à Dieu de ce qu Il nous donne par l intermédiaire de ses serviteurs fidèles une nourriture solide.
    Que Notre Seigneur vous bénisse richement.

  • #7

    Catherine (jeudi, 06 septembre 2018 09:12)

    Quelle joie de pouvoir vous relire à nouveau, le matin au réveil. Merci à vous d'avoir décidé finalement de continuer. C'est une Divine décision.

  • #8

    Françoise (jeudi, 06 septembre 2018 10:35)

    Merci Paul de pouvoir à nouveau te lire chaque matin.Ces messages sont si enrichissant et réconfortant cela fait du bien.Que le Seigneur vous bénisse tous et renouvelle vos forces.Avec toute mon amitié pour Madeleine et toi

  • #9

    MICHAU Claudine (jeudi, 06 septembre 2018 11:06)

    C'est bien de vous retrouver !! Merci .... DIEU vous assiste en toutes choses .

  • #10

    catherine (jeudi, 06 septembre 2018 11:19)

    Dieu vous benis frère de continué à nous partager la parole merveilleuse de dieu la nourriture qui nourrit notre âmes amen

  • #11

    Joël (jeudi, 06 septembre 2018 11:43)

    Merci de votre maintien cher frère, le site est un réel encouragement ! Puisse Dieu continuer à vous soutenir. Bien cordialement

  • #12

    Christiane (jeudi, 06 septembre 2018 13:06)

    C'est avec joie que j'ai retrouvé votre message. Merci de poursuivre cette oeuvre merveilleuse d'être ouvrier avec Dieu. Que sa Paix soit avec vous, votre famille et vos collaborateurs. Salut fraternel en Jésus-Christ.

  • #13

    Laurence (jeudi, 06 septembre 2018 13:50)

    Quelle joie de vous lire vos messages m ont manqué

  • #14

    Carine (jeudi, 06 septembre 2018 14:18)

    Merci.
    Heureuse de vous lire de nouveau.

  • #15

    MONIQUE (jeudi, 06 septembre 2018 14:50)

    Si heureuse de pouvoir vous lire à nouveau. Merci à tous de cette bonne nouvelle.

  • #16

    Hanja (jeudi, 06 septembre 2018 15:18)

    O quel joie de vous revoir à nouveau. Merci Seigneur, nous avons encore besoin de lui., moi surtout !

  • #17

    Bernard (jeudi, 06 septembre 2018 15:18)

    Je ne peux que me joindre à tous ces frères et sœurs en vous disant un grand Merci dans le Seigneur. Dieu vous bénisse abondamment à vous et à tous ceux qui vous aiment et entourent.

  • #18

    Mireille (jeudi, 06 septembre 2018 17:23)

    C'est avec joie et surprise que j'ai découvert votre message ce matin.....Merci encore pour vos enseignements qui sont riches, profonds et encourageants pour continuer la route avec Notre Seigneur !

  • #19

    georgette (vendredi, 07 septembre 2018 09:43)

    Merci Monsieur Ballière, je suis très contente de vous lire. Merci pour ce merveilleux message.

    Soyez béni vous et votre famille et encore merci.

  • #20

    Julie (vendredi, 07 septembre 2018 16:13)

    Merci pour ce beau message qui vient du ciel vous êtes une source de bénédiction abondante que Dieu vous bénisse et vous garde

  • #21

    Rosemée Bourgeois (vendredi, 07 septembre 2018 20:12)

    Bonjour cher frère bien aimé; vos messages m'ont beaucoup manqués. En tout cas je béni le Seigneur et vous remercie pour ce beau message. Je me suis régalée. soyez richement béni salutation à madame Ballière. Vous etes souvent dans mes conversations avec Georgette mon amie et soeur en Christ. Bien fraternellement en Jésus

  • #22

    Hervé toni (samedi, 08 septembre 2018 19:40)

    Je suis encouragé pasteur Paul longue vie à toi ta mission ne pas encore fini soyez benis au de Jésus

  • #23

    Eugène (dimanche, 09 septembre 2018 01:09)

    Bonsoir frère en Christ auriez-vous la gentillesse de me recontacter au 06 59 84 36 49 l'Esprit de vérité vous accompagnent, à ce titre veuillez m'accorder un entretien pour la vérité, notre seigneur et maître vous bénisse