LES DONS DES GUÉRISONS

 

LES DONS DES GUÉRISONS

 

« Or, à chacun la manifestation de l’Esprit est donnée pour

l’utilité commune. En effet, à l’un est donnée par l’Esprit...

les dons des guérisons...Et Dieu a établi dans l’Église…

ceux qui ont les dons de guérir... »

1 Corinthiens 12.7-9, 28

 

          Le mot « dons » est au pluriel dans le texte grec. Il a pu être employé pour indiquer que cette manifestation du Saint-Esprit a plusieurs exercices divins. C’est en quelque sorte un don de dons. C’est comme une grappe de raisins attachée à un cep. Comme il y a plusieurs « espèces » de maladies (maladies nerveuses, musculaires, diverses infirmités etc.), ainsi chacun des dons de guérisons se manifeste devant une espèce particulière de maladie.

 

          Les dons des guérisons appartiennent aux dons de puissance.

 

          Ce n’est pas sans raison que la foi est citée en tête de groupe, quoique moins frappante pour les regards. Les dons qui frappent le plus sont cités les derniers dans chaque groupe.

 

Ce que ne sont pas les dons des guérisons

 

          Ils ne proviennent pas d’une puissance naturelle et humaine. Les apôtres ont nié avec la plus grande force que ces dons puissent émaner de leurs puissances naturelles :

 

          Actes 3.12 : « Pierre, voyant cela, dit au peuple : Hommes Israélites, pourquoi vous étonnez-vous de cela ? Pourquoi avez-vous les regards fixés sur nous, comme si c’était par notre propre puissance ou par notre piété que nous ayons fait marcher cet homme ? » (voyez le contexte : 3.1-11).

 

          Actes 14.15 : « Ô hommes, pourquoi agissez-vous de la sorte ? Nous aussi, nous sommes des hommes de la même nature que vous ; et, vous apportant une bonne nouvelle, nous vous exhortons à renoncer à ces choses vaines, pour vous tourner vers le Dieu vivant, qui a fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qui s’y trouve » (voyez le contexte : 14.8-14).

 

          Les dons des guérisons selon 1 Corinthiens 12.9, proviennent du Saint-Esprit. Ils sont manifestés « par le même Esprit ». Les guérisons mentionnées dans la Parole de Dieu sont des guérisons divines. C’est la puissance de Dieu agissant dans et par le croyant qui produit la guérison.

 

          Ils ne proviennent pas non plus de puissances magnétiques, psychiques, mentales ou autres ; ils donnent gloire à Dieu directement. L’enseignement et les prétentions de la Science chrétienne et autres cultes apparentés, qui parlent en dernière analyse de la puissance exercée par l’esprit sur la matière, et qui font en somme de l’homme son propre guérisseur et son propre sauveur, est absolument contraire à l’enseignement de la Parole de Dieu.

 

          Les guérisons obtenues par l’exercice de la profession médicale ne sont pas des dons du Saint-Esprit. Nous devons faire une nette délimitation entre les talents naturels et les dons spirituels. Même l’œuvre médicale de nos Missions n’est pas la manifestation moderne des dons spirituels de la première Église. Qui pourrait nier que, dans le monde, d’excellents médecins sont de parfaits incrédules ? Dans leur essence même, les dons des guérisons sont la vie de Jésus, le chef de l’Église, répandue dans ses membres par le Saint-Esprit.

 

Ce que sont les dons des guérisons

 

          Ils sont des manifestations du Saint-Esprit en cas de maladie. Ces dons sont les guérisons que Dieu opère par son Esprit. Ils sont une manifestation spirituelle et surnaturelle du Saint-Esprit, en vue de chasser la maladie, les maux, les infirmités.

 

Quelques exemples de ces dons

 

          Les dons des guérisons ont été mis particulièrement en évidence dans le Nouveau Testament. Le Seigneur Jésus guérit de façon merveilleuse des estropiés, des boiteux, des paralytiques, des muets, des aveugles, des lépreux, etc.

 

          Matthieu 4.23-24 : « Jésus parcourait toute la Galilée, enseignant dans les synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité parmi le peuple. Sa renommée se répandit dans toute la Syrie, et on lui amenait tous ceux qui souffraient de maladies et de douleurs de divers genres, des démoniaques, des lunatiques, des paralytiques ; et il les guérissait ».

 

          Matthieu 8.14-17 : « Jésus se rendit ensuite à la maison de Pierre, don t il vit la belle-mère couchée et ayant la fièvre. Il toucha sa main, et la fièvre la quitta ; puis elle se leva, et le servit. Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits par sa parole, et il guérit tous les malades, afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète : Il a pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos maladies ».

 

          Matthieu 15.30-31 : « Alors s’approcha de lui une grande foule, ayant avec elle des boiteux, des aveugles, des muets, des estropiés, et beaucoup d’autres malades. On les mit à ses pieds, et il les guérit ; en sorte que la foule était dans l’admiration de voir que les muets parlaient, que les estropiés étaient guéris, que les boiteux marchaient, que les aveugles voyaient ; et elle glorifiait le Dieu d’Israël ».

 

          Ces dons ont aussi été mis en évidence dans le ministère des apôtres :

 

          Actes 8.5-8 : « Philippe, étant descendu dans une ville de la Samarie, y prêcha le Christ. Les foules tout entières étaient attentives à ce que disait Philippe, lorsqu’elles apprirent et virent les miracles qu’il faisait. Car des esprits impurs sortirent de plusieurs démoniaques, en poussant de grands cris, et beaucoup de paralytiques et de boiteux furent guéris. Et il y eut une grande joie dans cette ville ».

 

          Actes 3.1-8 : « Pierre et Jean montaient ensemble au temple, à l’heure de la prière : c’était la neuvième heure. Il y avait un homme boiteux de naissance, qu’on portait et qu’on plaçait tous les jours à la porte du temple appelée la Belle, pour qu’il demandât l’aumône à ceux qui entraient dans le temple. Cet, homme, voyant Pierre et Jean qui allaient y entrer, leur demanda l’aumône. Pierre, de même que Jean, fixa les yeux sur lui, et dit : Regarde-nous. Et il les regardait attentivement, s’attendant à recevoir d’eux quelque chose. Alors Pierre lui dit : Je n’ai ni argent, ni or ; mais ce que j’ai, je te le donne ; au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche. Et le prenant par la main droite, il le fit lever. Au même instant, ses pieds et ses chevilles devinrent fermes ; d’un saut il fut debout, et il se mit à marcher. Il entra avec eux dans le temple, marchant, sautant, et louant Dieu ».

 

          Actes 14.8-10 : « A Lystre, se tenait assis un homme impotent des pieds, boiteux de naissance, et qui n’avait jamais marché. Il écoutait parler Paul. Et Paul, fixant les regards sur lui et voyant qu’il avait la foi pour être guéri, dit d’une voix forte : Lève-toi droit sur tes pieds. Et il se leva d’un bond et marcha ».

 

          Actes 28.8-9 : « Le père de Publius était alors au lit, malade de la fièvre et de la dysenterie ; Paul, s’étant rendu vers lui, pria, lui imposa les mains, et le guérit. Là-dessus, vinrent les autres malades de l’île, et ils furent guéris ».

 

Comment s’exercent les dons des guérisons ?

 

          Les dons des guérisons sont manifestés par l’imposition des mains :

 

          Marc 6.5 : « ...Il imposa les mains à quelques malades et les guérit ».

 

          Marc 16.18 : « ...Ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guéris ».

 

          Actes 28.8 : « Le père de Publius était alors au lit, malade de la fièvre et de la dysenterie ; Paul, s’étant rendu vers lui, pria, lui imposa les mains, et le guérit ».

 

          Ils peuvent être manifestés aussi par la parole :

 

          Matthieu 8.8 : « Le centenier répondit : Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit ; mais dis seulement un mot, et mon serviteur sera guéri ».

 

          Actes 3.6 : « Alors Pierre lui dit : Je n’ai ni argent, ni or ; mais ce que j’ai, je te le donne ; au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche ».

 

          Actes 14.9 : « Il écoutait parler Paul. Et Paul, fixant les regards sur lui et voyant qu’il avait la foi pour être guéri, dit d’une voix forte : Lève-toi droit sur tes pieds ».

 

A qui sont donnés les dons des guérisons ?

 

          Une étude attentive des Écritures nous montre que ces dons spirituels se rapportent spécialement au ministère d’apôtres et d’évangélistes. Ils sont accordés à ceux qui exercent ce ministère. Notons l’exemple de Philippe :

 

          Actes 8.6-7 : « Philippe, étant descendu dans une ville de la Samarie, y prêcha le Christ. Les foules tout entières étaient attentives à ce que disait Philippe, lorsqu’elles apprirent et virent les miracles qu’il faisait. Car des esprits impurs sortirent de plusieurs démoniaques, en poussant de grands cris, et beaucoup de paralytiques et de boiteux furent guéris ».

 

          Dans sa sagesse parfaite, Dieu peut aussi accorder ces dons à un membre de son Église. A noter toutefois que des personnes ont parfois aspiré à ces dons pour des motifs qui n’étaient pas purs (recherche d’une gloire personnelle, attrait du spectaculaire etc.). Avant de guérir un malade, il faut l’aimer et avoir compassion de lui. Jésus n’a ressuscité Lazare qu’après avoir pleuré devant le sépulcre ! On ne guérit pas les malades avec un cœur froid et dur !

 

Pourquoi ces dons sont-ils donnés à l’Église ?

 

          Ces dons ont une valeur considérable pour la propagation de l’Évangile. Et nous comprenons leur sphère d’action et leur but. Souvent, le don ouvre la porte pour l’œuvre d’évangélisation :

 

          Actes 28.8-10 : « « Le père de Publius était alors au lit, malade de la fièvre et de la dysenterie ; Paul, s’étant rendu vers lui, pria, lui imposa les mains, et le guérit. Là-dessus, vinrent les autres malades de l’île, et ils furent guéris. On nous rendit de grands honneurs, et, à notre départ, on nous fournit les choses dont nous avions besoin ».

 

          La manifestation de ces dons attire l’attention des gens sur l’Évangile de Christ d’une manière frappante. Ils sont au premier rang des dons qui servent de signes.

 

          Le but de ces dons est d’amener les personnes inconverties au Seigneur. Quand une personne expérimente dans son propre corps la puissance de la guérison divine, elle peut être plus disposée à recevoir le Seigneur Jésus comme son Sauveur.

          Au travers des dons des guérisons, Dieu montre sa miséricorde et sa bonté.

 

Remarques

 

          Lorsqu’on prie pour deux personnes, pourquoi l’une peut-elle être guérie et l’autre non ? Il peut y avoir plusieurs explications. Mais il est possible, par exemple, que la personne pour laquelle on a prié ne soit pas en coopération dans la foi. Il se peut aussi, dans certains cas, qu’un péché non confessé à Dieu et non abandonné empêche la bénédiction de Dieu. Il se peut enfin que la première personne soit atteinte d’une maladie physique, tandis que l’infirmité de la seconde peut être provoquée par une puissance démoniaque qui paralyse quelque organe de son corps. Dans ce cas, avant d’obtenir la délivrance, il faut que le démon soit chassé, et cela entre dans un autre domaine que les dons des guérisons.

 

          N’y a-t-il pas eu des cas où des personnes se sont confiées au Seigneur et ont souffert ? Si elles avaient suivi quelque traitement, la souffrance aurait probablement disparu. Car en fait, il y a des personnes qui ne se confient ni au médecin, ni au Seigneur. De ce fait, elles ne reçoivent ni l’aide du médecin, ni la bénédiction divine. Si nous ne pouvons pas nous confier à Dieu pour qu’il accomplisse sa Parole, alors nous avons besoin du secours médical.

 

En conclusion

 

Plaise à Dieu dans sa grâce, d’accorder plus de manifestations de ces merveilleux dons des guérisons au milieu de nous. Car ils sont encore pour nos jours !

 

Paul BALLIERE

www.batissezvotrevie.fr

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0