POUR UNE RETRAITE HEUREUSE

 

POUR UNE RETRAITE HEUREUSE

 

          « Ne me rejette pas au temps de la vieillesse ; quand mes forces s’en vont, ne m’abandonne pas ! » (Psaume 71.9)

 

          « C’est lui [l’Éternel] qui rassasie de biens ta vieillesse, qui te fait rajeunir comme l’aigle. » (Psaume 103.5)

 

          « Jusqu’à votre vieillesse je serai le même, jusqu’à votre vieillesse je vous soutiendrai ; je l’ai fait, et je veux encore vous porter, vous soutenir et vous sauver.» (Esaïe 46.4)

 

Un après…

 

          Il nous faut donc assumer un temps de retraite après notre travail – que nous avons choisi en fonction de nos études, ou de notre état de santé, ou de nos possibilités, etc.

          Mais nous ne nous sentons pas si vieux pour autant ! Nous nous sentons même encore capables de bien des choses. Et pourtant, une page importante et très longue de notre vie est tournée. Que sera la suivante ?

 

La retraite

 

          Elle est, peut-être, en premier lieu, un temps de libération, de soulagement, de repos ; mais elle peut aussi devenir un temps de solitude, d’emprisonnement entre quatre murs, accompagné d’un sentiment de honte – on est désormais un vieux travailleur – de l’impression pénible de ne servir à rien, de ne plus être utile à quelque chose ou à quelqu’un.

 

          Certains subissent alors un véritable choc psychologique et ne s’en remettent jamais.

 

Comment préparer le temps de la retraite ?

 

          Voici quelques mots-clé.

 

          Ayez l’esprit actif. Conservez un vif intérêt pour la vie et pour ce qui se passe autour de vous. Savez-vous que l’on vieillit plus vite lorsque l’on cesse d’être actif ? La retraite ne doit pas être synonyme d’inactivité. Cette inactivité engendrerait la perte du goût du travail, de la créativité, et même de la vie. Ne vous repliez pas sur vous-même. Cette attitude est non seulement mauvaise, mais destructrice. Considérez le bel exemple d’Anne. La Parole de Dieu nous en donne un magnifique témoignage : « Il y avait aussi une prophétesse, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était fort avancée en âge, et elle avait vécu sept ans avec son mari depuis sa virginité. Restée veuve, et âgée de quatre-vingt-quatre ans, elle ne quittait pas le temple, et elle servait Dieu nuit et jour dans le jeûne et dans la prière. Étant survenue, elle aussi, à cette même heure, elle louait Dieu, et elle parlait de Jésus à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. » (Luc 2.36-38) Le jeûne, la prière, le témoignage...à quatre-vingt-quatre ans ! Le psalmiste disait à Dieu : « Ne m’abandonne pas, ô Dieu ! même dans la blanche vieillesse, afin que j’annonce ta force à la génération présente, ta puissance à la génération future ! » (Psaume 71.18) ; « Les justes croissent comme le palmier, ils s’élèvent comme le cèdre du Liban. Plantés dans la maison de l’Éternel, ils prospèrent dans les parvis de notre Dieu ; ils portent encore des fruits dans la vieillesse, ils sont pleins de sève et verdoyants, pour faire connaître que l’Éternel est juste. » (Psaume 92.13-16) L’apôtre Paul écrit cette recommandation : « Celle qui est véritablement veuve, et qui est demeurée dans l’isolement, met son espérance en Dieu et persévère nuit et jour dans les supplications et les prières. » (1 Timothée 5.5)

          Ainsi, quel que soit votre âge, et même votre handicap physique – dont il faut tenir compte, bien évidemment – gardez l’esprit actif. Apprenez à rendre service aux autres. Apprenez de nouvelles choses.

 

          La Parole de Dieu déclare : « Au reste, frères, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l’objet de vos pensées. » (Philippiens 4.8) Cette maîtrise des pensées apportera joie, reconnaissance et dignité dans le vieillissement. Elle créera la confiance autour de vous. Vous serez alors un modèle, un stimulant pour d’autres qui rechercheront votre compagnie. Paul écrit à Tite : « Dis que les vieillards doivent être sobres , honnêtes, modérés, sains dans la foi, dans la charité, dans la patience. Dis que les femmes âgées doivent aussi avoir l’extérieur qui convient à la sainteté, n’être ni médisantes, ni adonnées aux excès du vin ; qu’elles doivent donner de bonnes instructions, dans le but d’apprendre aux jeunes femmes à aimer leurs maris et leurs enfants, à être retenues, chastes, occupées aux soins domestiques, bonnes , soumises à leurs maris, afin que la parole de Dieu ne soit pas blasphémée. » (Tite 2.2-5)

 

          Tirez le meilleur parti de votre âge. Sachez l’apprécier. Il ne s’agit pas de chercher à vivre comme des jeunes, ni de « se comporter comme des gamins » . Ce serait une erreur stupide ! Ne dépassez pas vos capacités. Triomphez du vieillissement prématuré, mais ne cherchez pas à fuir celui qui est naturel.

 

          Fuyez l’esprit négatif et critique. Apprenez à profiter de la sagesse acquise – en principe – au cours des années. Job dit : « Dans les vieillards se trouve la sagesse, et dans une longue vie l’intelligence » (Job 12.12). Quant à Elihu, il déclarait : « Je disais en moi-même : Les jours parleront, le grand nombre des années enseignera la sagesse. » (Job 32.7) Ne cherchez pas à être ce que vous n’êtes pas ou ce que vous ne pouvez plus être.

 

          Surveillez votre santé. La Bible dit : « Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira ; car le temple de Dieu est saint, et c’est ce que vous êtes. » (1 Corinthiens 3.16-17) Avec l’âge, il est nécessaire de changer de régime, de manger moins, et surtout de manger ce qui convient le mieux à un organisme qui fonctionne au ralenti. Dormez suffisamment. Ne négligez pas le rôle de l’exercice physique. La fatigue peut résulter du fait de ne pas bouger assez.

 

          Apprenez à vous adapter. Qu’est-ce que cela signifie ? N’hésitez pas à renoncer à certaines habitudes bien enracinées, à des opinions toutes faites, à des idées arrêtées. Triomphez, avec l’aide de Dieu, de tout sentiment d’envie, de jalousie, d’amertume, d’un esprit de supériorité.

 

          Comprenez ceci : vous ne pouvez pas demander que l’on vous respecte tout simplement parce que vous êtes âgé(e). Le respect ne s’impose, il se gagne. C’est surtout par votre conduite que vous obtiendrez les choses.

 

          Sachez apprécier les jeunes. Comprenez leurs problèmes, leurs combats, le monde terrible dans lequel ils évoluent, leur contexte quotidien, leurs tentations. Leurs problèmes sont aussi difficiles à résoudre que les vôtres.

          En vouloir aux jeunes, et les rendre responsables de tout, est une attitude piteuse et un désir anormal de se justifier. N’oubliez pas que ce sont les adultes qui ont éduqué et formé – ou déformé – les jeunes. C’est l’heure des moissons.

          Dans la mesure de vos possibilités, éduquez, enseignez, et surtout vivez en exemple.

 

          En conclusion, dans bien des cas, vieillir n’est pas un problème. Ne pas savoir vieillir est, chez un certain nombre de personnes, le vrai problème ! A chaque âge, il importe d’apprendre et de connaître ses responsabilités ; il convient également de les assumer, non seulement à l’égard de ceux de son âge, mais aussi envers ceux d’un âge différent.

 

Paul BALLIERE

www.batissezvotrevie.fr

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0