QU’EST-CE QUE LE POSTMILLENARISME ET LE PREMILLENARISME ? CES DOCTRINES SONT-ELLES JUSTES OU FAUSSES ?

 

QU’EST-CE QUE LE POSTMILLENARISME ET

 

LE PREMILLENARISME ? CES DOCTRINES

 

SONT-ELLES JUSTES OU FAUSSES ?

 

Le prémillénarisme est la doctrine qui place le retour du Seigneur avant les « mille ans » ou millénium, tandis que le postmillénarisme le place après.

 

Ces deux doctrines s’opposent ainsi, affirmant le contraire l’une de l’autre, et par conséquent, il faut que l’une soit vraie et l’autre fausse.

 

Pour mieux comprendre et éviter tout malentendu, nous devons d’abord rappeler ce que la Bible appelle les « mille ans » d’où l’on a tiré le mot « Millénium ».

 

C’est dans l’Apocalypse qu’il est question de cette période, au chapitre 20.1-6 : « Puis je vis descendre du ciel un ange, qui avait la clef de l'abîme et une grande chaîne dans sa main. Il saisit le dragon, le serpent ancien, qui est le diable et Satan, et il le lia pour mille ans. Il le jeta dans l'abîme, ferma et scella l'entrée au-dessus de lui, afin qu'il ne séduisît plus les nations, jusqu'à ce que les mille ans fussent accomplis. Après cela, il faut qu'il soit délié pour un peu de temps. Et je vis des trônes; et à ceux qui s'y assirent fut donné le pouvoir de juger. Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la parole de Dieu, et de ceux qui n'avaient pas adoré la bête ni son image, et qui n'avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main. Ils revinrent à la vie, et ils régnèrent avec Christ pendant mille ans. Les autres morts ne revinrent point à la vie jusqu'à ce que les mille ans fussent accomplis. C'est la première résurrection. Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection! La seconde mort n'a point de pouvoir sur eux; mais ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et ils régneront avec lui pendant mille ans. »  Ce passage établit nettement que pendant mille ans Christ doit régner sur cette terre. Satan a d’abord été lié, jeté dans l’abîme et il y reste pendant tout ce temps, de sorte que les nations ne sont plus soumises à son influence séductrice. Le Millénium apparaît ainsi comme une transformation totale de notre terre et de ses habitants, un renversement complet des conditions actuelles.

 

Un grand nombre de prophéties de l’Ancien Testament concernent cette époque. Nous en citerons quelques-unes :

« Il sera le juge des nations, l'arbitre d'un grand nombre de peuples. De leurs glaives ils forgeront des hoyaux, et de leurs lances des serpes: une nation ne tirera plus l'épée contre une autre, et l'on n'apprendra plus la guerre. » (Esaïe 2.4)

« Le loup habitera avec l'agneau, et la panthère se couchera avec le chevreau; le veau, le lionceau, et le bétail qu'on engraisse, seront ensemble, et un petit enfant les conduira. La vache et l'ourse auront un même pâturage, leurs petits un même gîte; et le lion, comme le bœuf, mangera de la paille. Le nourrisson s'ébattra sur l'antre de la vipère, et l'enfant sevré mettra sa main dans la caverne du basilic. Il ne se fera ni tort ni dommage sur toute ma montagne sainte; car la terre sera remplie de la connaissance de l'Éternel, comme le fond de la mer par les eaux qui le couvrent. » (Esaïe 11.6-9)

« Je ferai jaillir des fleuves sur les collines, et des sources au milieu des vallées; je changerai le désert en étang, et la terre aride en courants d'eau. » (Esaïe 41.18)

« Aucun habitant ne dit: Je suis malade ! » (Esaïe 33.24)

« Ils bâtiront des maisons et les habiteront; ils planteront des vignes et en mangeront le fruit. Ils ne bâtiront pas des maisons pour qu'un autre les habite, ils ne planteront pas des vignes pour qu'un autre en mange le fruit; car les jours de mon peuple seront comme les jours des arbres, et mes élus jouiront de l’œuvre de leurs mains. » (Esaïe 65.21-22)

 

Cette vue du Millénium, si rapide qu’elle soit, mais que nous avons uniquement puisée dans la Bible, nous aide déjà à comprendre qui peut avoir raison des prémillénaristes ou des postmillénaristes.

 

D’après ces derniers, dont l’un des principaux représentants, a été un théologien anglais du nom de Daniel Whitby, vivant à la fin du XVII° siècle et au commencement du XVIII° siècle, le Seigneur revient après le Millénium. C’est donc le règne de Christ, sans le Christ. Selon cette théorie, l’Église Chrétienne a fini par réussir dans ses entreprises missionnaires. Tous les peuples sont évangélisés et convertis. Ils se soumettent à la Loi du Seigneur. Les peuples n’ont plus envie de faire la guerre. Ils désarment. La paix règne. Tout le monde suit les commandements de l’Évangile. Le bonheur est sur la terre. Et cela dure mille ans, et c’est seulement au bout de ces mille ans que le Christ apparaît pour prendre possession du Royaume que son Église a fondé pour lui.

 

Pour les postmillénaristes, le Millénium c’est le règne de Christ, mais établi par d’autres et sans que lui-même soit là, et son retour apparaît comme la fin, le couronnement. C’est comme si, dans un pays, on déclarait commencé le règne de tel souverain, alors que ce souverain demeure absent, et puis, qu’au bout d’un certain nombre d’années, il vienne enfin prendre possession de son trône et qu’on procède alors à un couronnement marquant la fin de ce règne qui n’a pas eu véritablement lieu. On ne comprend pas comment les postmillénaristes ne voient pas l’étrangeté de leurs théories, et combien il est contradictoire et illogique de parler d’un règne de Christ où Christ n’est pas présent et dont son retour ne ferait que marquer l’achèvement.

 

Une telle doctrine n’a pas seulement contre elle la logique ; mais aussi les enseignements les plus simples et les plus évidents de la Parole de Dieu. Nous ne pouvons citer tous les arguments que la Bible fournit contre le postmillénarisme. Nous nous bornerons à quelques points.

 

1) L’apôtre Paul, dans 2 Thessaloniciens 2.8, affirme que l’Antichrist sera détruit par « l’éclat de l’avènement du Seigneur ». N’est-ce pas dire que quand Christ revient, il trouve l’Antichrist à l’œuvre sur la terre, puisqu’il doit détruire sa puissance. Ce n’est donc pas l’état de bénédiction et de prospérité du Millénium. C’est juste le contraire.

 

2) Ce n’est pas seulement l’apôtre Paul qui parle de ces choses ; mais le Seigneur lui-même a décrit à ses disciples l’état dans lequel le monde serait plongé à son retour :

« Aussitôt après ces jours de détresse, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées. Alors le signe du Fils de l'homme paraîtra dans le ciel, toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l'homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et une grande gloire. » (Matthieu 24.29-30)

 

Cet état d’affliction que le Seigneur affirme ainsi devoir précéder son retour n’est certes pas le Millénium.

 

3) On doit rapprocher de ce passage de Matthieu celui de Luc 17, où le Seigneur compare les hommes qui seront sur la terre, lors de sa venue, à ceux du temps de Noé ou encore à celui de Lot, et il rappelle leur impiété et le jugement dont ils furent frappés. Et il ajoute : « Il en sera de même le jour où le Fils de l'homme paraîtra. » (Luc 17.30) Une génération semblable à celle du déluge ou de Sodome aux jours de Lot, ce n’est assurément pas le bonheur et la paix sur la terre.

 

4) On peut encore lire avec profit les passages suivants :

« Voici déjà, bien-aimés, la seconde lettre que je vous écris. Dans l'une et dans l'autre je cherche à éveiller par des avertissements votre saine intelligence, afin que vous vous souveniez des choses annoncées d'avance par les saints prophètes, et du commandement du Seigneur et Sauveur, enseigné par vos apôtres, sachant avant tout que, dans les derniers jours, il viendra des moqueurs avec leurs railleries, marchant selon leurs propres convoitises, et disant: Où est la promesse de son avènement ? Car, depuis que les pères sont morts, tout demeure comme dès le commencement de la création. »  (2 Pierre 3.1-4)

« Mais l'Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s'attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, par l'hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience, prescrivant de ne pas se marier, et de s'abstenir d'aliments que Dieu a créés pour qu'ils soient pris avec actions de grâces par ceux qui sont fidèles et qui ont connu la vérité. » (1 Timothée 4.1-3)

« Mais les hommes méchants et imposteurs avanceront toujours plus dans le mal, égarant les autres et égarés eux-mêmes. » (2 Timothée 3.13)

Ces passages nous amènent tous à la même conclusion : ce que le Seigneur trouve ici-bas à son retour, c’est tout le contraire du Millénium, c’est le désordre, la ruine, le règne de l’impie.

Nous remplirions plusieurs pages si nous voulions citer tous les passages qui contredisent formellement le postmillénarisme. Non ! le Seigneur ne viendra pas après le Millénium, mais avant, car lui seul peut mettre un terme à l’impiété et à la révolte et rétablir toutes choses. Il n’appartient qu’à lui de chasser Satan, de restaurer notre terre et d’y faire toutes choses nouvelles.

 

Les apôtres, le Seigneur lui-même, étaient, sans employer ce grand mot, prémillénaristes, et nous le serons avec eux. Et c’est pourquoi aussi nous pouvons dire avec ardeur : « Seigneur Jésus, viens bientôt », car tout notre espoir est en lui. Nous ne voyons de repos et de paix sur cette terre que quand il sera revenu et entré dans son règne glorieux.

 

André THOMAS-BRES

www.batissezvotrevie.fr

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0