LA CROISSANCE DU ROYAUME

     

 

LA CROISSANCE DU ROYAUME

 

Le grain de sénevé

(Matthieu 13.31-32)

 

          Cette parabole appartient à une série de trois (avec la parabole de l’ivraie et celle du levain). Elles montrent l’opposition satanique au royaume de Christ.

          L’ivraie représente les faux chrétiens. Le grain de sénevé nous parle de la fausse croissance.

 

          Quelques remarques :

          Le grain de sénevé fait allusion à la croissance – anormale – visible et extérieure du royaume de Christ.

          Le levain est l’image de la croissance – anormale – invisible et intérieure du royaume.

 

          Jésus n’a pas expliqué lui-même cette parabole. Nous devons donc considérer ce qu’il a enseigné dans les autres paraboles pour découvrir la signification de celle-ci. Sinon, nous allons nous laisser entraîner à une interprétation rapide, irréfléchie et erronée : une croissance bénie du royaume de Christ permettant à des multitudes de venir trouver le salut dans « ses branches » ; un succès de l’Évangile à l’échelle mondiale. Or, c’est précisément le contraire que Jésus enseigne ici, et nous allons le démontrer.

 

 

Un début insignifiant

 

          Cette parabole possède les mêmes éléments de base que les deux précédentes. Le semeur représente le Seigneur et ses ouvriers ; la semence, c’est la Parole de Dieu et ses fruits dans la vie de ceux qui la reçoivent ; le champ, c’est le monde dans lequel s’effectue l’œuvre du royaume de Dieu. L’impact de l’Évangile de Christ suit le cycle des semailles jusqu’à la moisson, en passant par la période de croissance. Le royaume de Dieu se développe donc dans le cadre de l’histoire humaine tout entière. L’époque présente – qui se situe entre la venue de Christ et son retour en gloire à la fin des temps- constitue  la période de croissance pendant laquelle la petite semence devient un arbre.

          En Orient, la graine de moutarde symbolise quelque chose de petit et d’insignifiant. Elle était bien connue comme « la plus petite de toutes les semences » (v.32). Le sénevé ne devient jamais un grand chêne.

 

          Que nous enseigne Jésus ici ?

          Il n’est pas venu comme un roi éclatant, mais comme le fils d’un charpentier, au sein d’une famille très modeste.

          Quel aspect triomphant son royaume revêtait-il à Golgotha ?

          Méprisé, combattu, l’Évangile ne trouve pas sa force dans les organisations humaines et les institutions, mais dans le règne de Christ au fond du cœur humain.

          Même dans sa maturité, le royaume de Dieu semble petit et insignifiant selon les normes du monde. Il y aura toujours des « puissances » et des « super-puissances » sur la scène politique mondiale, ainsi qu’une prétendue « Église » farouchement antichrétienne.

 

          Les disciples devaient donc se sentir déconcertés. La croissance et le développement du royaume de Dieu étaient peu évidents malgré la prédication et les miracles de Jésus. Les disciples ne voyaient pas l’émergence d’une puissance apparente du royaume dont parlait Jésus et ce, durant tout le ministère terrestre de Christ, d’où leur découragement au moment de la croix.

          Après trois années et demi du ministère de Jésus, on ne trouve pas plus de cent-vingt disciples à Jérusalem (Actes 1.15). Il y en avait d’autres, très certainement, mais pas de grandes foules. Ne perdons jamais courage. Il en est ainsi de tout commencement de l’Évangile dans la vie des individus et des églises. N’en a-t-il pas été ainsi dans notre propre vie ? Le premier contact avec la vérité de Dieu n’a-t-il pas été presque insignifiant ? Le témoignage d’une mère, un verset biblique, une rencontre « par hasard » avec un chrétien, dans la rue, dans un train…

 

 

L’aspect exclusif de l’Évangile

 

          Jésus parle d’ « un grain de sénevé » (v.32), un seul grain !

          Christ a semé le seul Évangile du salut au travers de son sacrifice parfait. « Ainsi donc, comme par une seule offense la condamnation a atteint tous les hommes, de même par un seul acte de justice la justification qui donne la vie s'étend à tous les hommes. » (Romains 5.18) Que représentait l’œuvre de Christ sur la croix, pour ceux qui assistaient à son agonie ? Pourtant, ce seul grain a changé l’Histoire du monde !

 

 

Un développement important

 

          Cette graine de moutarde donne naissance à une plante imposante. Elle n’est pas un « arbre » au sens strict. Ce n’est pas un chêne, ni un cèdre, ni un séquoia californien, mais l’arbuste est toutefois assez grand pour que les oiseaux viennent se réfugier dans ses branches.

          On pense qu’il s’agit probablement de la moutarde noire – Brassica nigra – qui grandit très rapidement pour atteindre jusqu’à trois mètres de haut dans un bon climat.

          Partant de débuts insignifiants, l’œuvre de Dieu s’est développée dans le monde entier. Vue sous cet angle, sa croissance est phénoménale. Depuis la Pentecôte (Actes 2) des millions se sont tournés vers Christ, et la semence continue de se répandre. Le royaume de Dieu parviendra à sa plénitude, et l’Église entrera dans sa gloire céleste. Sa joie et sa félicité seront indescriptibles.

          Cependant, la croissance de l’Église ici-bas ne paraîtra jamais grandiose aux yeux du monde. « Mon royaume n'est pas de ce monde », dit Jésus ; si mon royaume était de ce monde, mes serviteurs auraient combattu pour moi afin que je ne fusse pas livré aux Juifs; mais maintenant mon royaume n'est point d'ici-bas. » (Jean 18.36)

 

 

L’arbre, symbole d’une croissance mondiale

 

          Voyez par exemple Daniel 4.10-12, 20-22 : « Voici les visions de mon esprit, pendant que j'étais sur ma couche. Je regardais, et voici, il y avait au milieu de la terre un arbre d'une grande hauteur. Cet arbre était devenu grand et fort, sa cime s'élevait jusqu'aux cieux, et on le voyait des extrémités de toute la terre. Son feuillage était beau, et ses fruits abondants; il portait de la nourriture pour tous; les bêtes des champs s'abritaient sous son ombre, les oiseaux du ciel faisaient leur demeure parmi ses branches, et tout être vivant tirait de lui sa nourriture… L'arbre que tu as vu, qui était devenu grand et fort, dont la cime s'élevait jusqu'aux cieux, et qu'on voyait de tous les points de la terre; cet arbre, dont le feuillage était beau et les fruits abondants, qui portait de la nourriture pour tous, sous lequel s'abritaient les bêtes des champs, et parmi les branches duquel les oiseaux du ciel faisaient leur demeure, c'est toi, ô roi, qui es devenu grand et fort, dont la grandeur s'est accrue et s'est élevée jusqu'aux cieux, et dont la domination s'étend jusqu'aux extrémités de la terre. »

          Voyez aussi Ézéchiel 17.22-23 : « Ainsi parle le Seigneur, l'Éternel: J'enlèverai, moi, la cime d'un grand cèdre, et je la placerai; j'arracherai du sommet de ses branches un tendre rameau, et je le planterai sur une montagne haute et élevée. Je le planterai sur une haute montagne d'Israël; il produira des branches et portera du fruit, il deviendra un cèdre magnifique. Les oiseaux de toute espèce reposeront sous lui, tout ce qui a des ailes reposera sous l'ombre de ses rameaux. » (Notez le contexte de ces versets)

 

 

Les oiseaux

 

          Dans la parabole du semeur, ils représentent Satan : « Un semeur sortit pour semer. Comme il semait, une partie de la semence tomba le long du chemin: les oiseaux vinrent, et la mangèrent… Lorsqu'un homme écoute la parole du royaume et ne la comprend pas, le malin vient et enlève ce qui a été semé dans son cœur: cet homme est celui qui a reçu la semence le long du chemin. » (Matthieu 13.4, 19)

 

          Voyez aussi Apocalypse 18.1-3 : « Après cela, je vis descendre du ciel un autre ange, qui avait une grande autorité; et la terre fut éclairée de sa gloire. Il cria d'une voix forte, disant: Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande! Elle est devenue une habitation de démons, un repaire de tout esprit impur, un repaire de tout oiseau impur et odieux, parce que toutes les nations ont bu du vin de la fureur de son impudicité, et que les rois de la terre se sont livrés avec elle à l'impudicité, et que les marchands de la terre se sont enrichis par la puissance de son luxe. »

 

          Dans la parabole du grain de sénevé, les oiseaux ne peuvent donc pas être l’image de quelque chose de bon, bien au contraire ! Beaucoup se sont fourvoyés dans l’interprétation de cette parabole, ne tenant pas compte de ce que l’Écriture dit des « oiseaux » dans d’autres textes.

 

 

L’enseignement de la parabole

 

          Jésus prophétise ici une croissance « anormale » du royaume des cieux, un développement permettant à Satan d’intervenir.

          La chrétienté est manifestement devenue une puissance mondiale, avec une organisation en plusieurs branches, et des infiltrations sataniques.

          L’Évangile, avec ses débuts très humbles, s’est corrompu, et la chrétienté se glorifie aujourd’hui de ses richesses et de son influence politique.

 

          Il nous faut donc faire preuve de réalisme, et renoncer à des espérances fausses et charnelles.

          Il n’y aura pas de périodes plus faciles pour l’Église dans les temps à venir !

          L’Évangile ne connaîtra pas un succès total et planétaire.

          L’Église n’est pas appelée à pouvoir dominer le monde, ni à connaître une existence dépourvue d’épreuves et de souffrances.

 

          Soyons fidèles à notre mission. Montrons à ce monde perdu l’amour du Sauveur ressuscité. Soyons patients. Continuons à travailler, à prier, dans une obéissance calme et constante à la volonté du Seigneur. Soyons assurés de l’accomplissement parfait de la volonté de Dieu.

 

          La récolte est pour la fin de ce monde, mais la fidélité se pratique aujourd’hui. « Ensuite viendra la fin, quand il remettra le royaume à celui qui est Dieu et Père, après avoir détruit toute domination, toute autorité et toute puissance. Car il faut qu'il règne jusqu'à ce qu'il ait mis tous les ennemis sous ses pieds. » (1 Corinthiens 15.24-25)

 

Paul BALLIERE

www.batissezvotrevie.fr

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Xavier baptiste (dimanche, 02 mai 2021 23:54)

    Merveilleux message très édifiant, merci pasteur.