CHANGEMENT DE SEXE CHEZ LES ENFANTS

 

 CHANGEMENT DE SEXE CHEZ LES ENFANTS

 

Un phénomène nouveau au fort retentissement médiatique

 

          « Nous ne pouvons plus nous taire sur ce qui nous apparaît comme une grave dérive commise au nom de l’émancipation de l’ « enfant-transgenre » (celui qui déclare qu’il n’est pas né dans le « bon corps »). » Telle est la réaction d’une cinquantaine de personnalités (endocrinologue, gynécologue, philosophes, neurochirurgien, magistrats, historiens, psychologues, avocats, maîtres de conférences, professeur de médecine, juriste, psychanalystes, pédopsychiatres, médecins, professeurs, informaticienne, sociologues, psychiatres, pédiatres, linguiste, juge des enfants, ancien président du Tribunal pour enfants, anthropologue et professeur de psychiatrie transculturelle) dénonçant une « emprise idéologique sur le corps des enfants » (dans un article publié dans l’Express le 20 septembre 2021). Selon elles, les discours sur « l’autodétermination » de l’enfant légitiment une forte augmentation des demandes de changement de sexe particulièrement chez les adolescents.

 

          David écrit au Psaume 139 : « C’est toi qui as formé mes reins, qui m’as tissé dans le sein de ma mère… Mon corps n’était point caché devant toi, lorsque j’ai été fait dans un lieu secret, tissé dans les profondeurs de la terre. Quand je n’étais qu’une masse informe, tes yeux me voyaient ; et sur ton livre étaient tous inscrits les jours qui m’étaient destinés, avant qu’aucun d’eux existât. » (v.13-16)

          Job dit à Dieu : « Tes mains m’ont formé, elles m’ont créé, elles m’ont fait tout entier… Souviens-toi que tu m’as façonné comme de l’argile… Ne m’as-tu pas caillé comme du fromage ? Tu m’as revêtu de peau et de chair, tu m’as tissé d’os et de nerfs ; tu m’as accordé ta grâce avec la vie, tu m’as conservé par tes soins et sous ta garde. » (10.8-12) Dans ce court passage, le petit mot « tu » à l’adresse du Créateur, revient six fois.

          L’auteur du Psaume 119 s’écrie : « Tes mains m’ont créé, elles m’ont formé. » (v.73)

          Le prophète Zacharie déclare : « Ainsi parle l’Éternel, qui a étendu les cieux et fondé la terre, et qui a formé l’esprit de l’homme au dedans de lui. » (12.1)

          Le sage Salomon parlant de la mort physique dit que « l’esprit retourne à Dieu qui l’a donné. » (Ecclésiaste 12.9)

          Dieu est donc le Créateur de l’être physique, psychique, et spirituel. Satan, dans son arrogance, sa folie et son orgueil, met tout en œuvre pour changer les temps et les lois.

 

          L’humanité qui mûrit pour accueillir l’homme du péché, l’Antéchrist, son esprit, ses lois et ses anti-lois, joue à l’apprenti-sorcier. « Sur l’argument de seuls ressentis érigés en vérité, des discours radicaux légitiment les requêtes de changement de sexe. Mais c’est au prix d’un traitement médical à vie voire chirurgical (ablation des seins ou des testicules) sur des corps d’enfants ou d’adolescents », déclare la cinquantaine de personnalités mentionnées ci-dessus.

 

Jusqu’où iront-ils ?

 

          « Pensant peut-être apporter une réponse », poursuit l’article de l’Express, « le gouvernement écossais a émis, depuis le 12 août, de nouvelles directives d’inclusion LGBT, selon lesquelles des enfants dès l’âge de l’entrée en primaire auront la possibilité de changer de nom d’usage et de sexe à l’école sans le consentement de leurs parents. Sans leur consentement et même sans que ceux-ci en soient informés si l’enfant en fait la demande. On fait croire aux enfants qu’une fille pourrait devenir un garçon et inversement parce qu’ils l’auraient décidé sans même l’avis des adultes, et ce, de plus en plus jeunes. »

 

          Voilà un nouveau coup de butoir destiné à ébranler l’une des grandes institutions divines : la famille. L’autorité parentale, lorsqu’elle est exercée dans l’amour, l’équilibre, et une saine fermeté, est une sécurité pour l’enfant. Elle contribue à le rassurer, l’éduquer, le construire. Livré à lui-même, libre de choisir des orientations sexuelles contre nature, que va-t-il devenir ? Le monde dérive vers ce que la Parole de Dieu appelle « les profondeurs de Satan ». Nous sommes loin du saint commandement : « Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre ; et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas. » (Proverbes 22.6) L’Église de Jésus-Christ, elle, doit demeurer dans le fondement des Saintes Écritures, quoi qu’il lui en coûte.

 

 

Un mal qui se développe

 

          « Ce qui se passe chez nos voisins », ajoute encore l’article de l’Express, « pourrait très vite arriver en France : la diffusion protéiforme de ces croyances se traduit depuis quelques années par une inflation considérable de demandes de changement de sexe chez les enfants et plus particulièrement chez les adolescentes. Selon Jean Chambry, pédopsychiatre responsable du CIAPA (Centre Intersectoriel d’Accueil pour Adolescents à Paris), il y a près de dix ans, on avait environ dix demandes par an, en 2020, c’est dix demandes par mois (uniquement pour la région Île-de-France). Il parle d’une accélération inquiétante des réponses médicales à ces demandes de transition. »

          N’est-ce pas ce que la Parole de Dieu a annoncé pour « les derniers jours », « les temps difficiles » ? « Les hommes… avanceront toujours plus dans le mal, égarant les autres et égarés eux-mêmes. » (2 Timothée 3.13)

 

 

Un mensonge de plus émanant de l’enfer

 

          Jésus a parlé du diable comme du « Père du mensonge » : « Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur et le père du mensonge. » (Jean 8.44)

          Citons encore l’Express : « Des discours banalisés prétendent qu’on pourrait se passer du réel biologique, de la différence sexuelle entre hommes et femmes au profit de singularités choisies fondées sur les seuls « ressentis ». Ces  discours mensongers relevant de l’idéologie sont transmis sur les réseaux sociaux  où de nombreux adolescents en mal d’identité viennent chercher des solutions à leur malaise. Au nom de l’ « autodétermination », véritable slogan qui séduit tous les progressistes – je suis libre de choisir le corps que je veux – des enfants et des adolescents sont convaincus qu’ils peuvent changer de sexe à l’aide de traitements hormonaux voire de chirurgies mutilantes. Cette rhétorique répandue par des militants dans nombre de pays occidentaux, fait usage de sophismes destinés à tromper. »

 

          L’Histoire change de braquet. Nous entrons dans une ère de confusion sans pareille.

 

 

Le rapt de l’enfance

 

          « Comment en sommes-nous arrivés là ? Et avons-nous (encore) le droit de réagir sans se faire insulter, menacer ? En quoi ces droits à l’autodétermination seraient-ils un progrès épanouissant ? Ce phénomène, « l’enfant-transgenre » est en réalité une mystification contemporaine qu’il faut dénoncer vigoureusement car elle relève de l’embrigadement idéologique. On voudrait nous faire croire qu’au nom du bien-être et de la liberté de chacun, un enfant, délesté de l’accord de ses « réactionnaires » de parents, serait à même de « choisir » son identité dite genrée. Mais l’enfant est un être en construction, son devenir est en constante évolution avant d’arriver à un stade de maturité. Il existe sur le sujet une unanimité entre neuroscientifiques, développementalistes, psychanalystes, pédopsychiatres, pédiatres et tous les spécialistes de la petite enfance » (l’Express).

 

          Parents chrétiens, nous sommes dans une société extrêmement dangereuse pour nos enfants. Au temps de la naissance de Moïse, Pharaon avait ordonné que les enfants mâles israélites soient jetés dans le Nil pour y périr. Aujourd’hui, le diable met tout en œuvre pour « tuer » nos enfants moralement et spirituellement. Il insuffle son esprit sur la société pour la précipiter dans toutes sortes d’abominations. Il prépare la jeune génération pour la venue de la bête, l’Antéchrist. Nous devons être une muraille protectrice pour nos enfants. « Pères… élevez vos enfants en les corrigeant et en les instruisant, selon le Seigneur. » (Éphésiens 6.4) Dieu dit : « Prends garde à toi et veille attentivement sur ton âme, tous les jours de ta vie, de peur que tu n’oublies les choses que tu as vues, et qu’elles ne sortent de ton cœur ; enseigne-les à tes enfants et aux enfants de tes enfants. » (Deutéronome 4.9)

 

          Verrons-nous apparaître demain l’un des plus grands scandales sanitaire et éthique : la marchandisation du corps des enfants ?

          L’Apocalypse décrit le jugement divin qui va fondre sur « Babylone, la grande » (18.2) Il est fait allusion aux marchands de la terre et à leur cargaison… « de corps et d’âmes d’hommes. » (18.11, 13)

          « En persuadant ces enfants qu’un sexe leur a été « assigné » à la naissance, et qu’ils peuvent librement en changer, on en fait des patients à vie : consommateurs à vie de produits chimiques hormonaux commercialisés par les firmes pharmaceutiques, consommateurs récurrents de toujours plus d’opérations chirurgicales dans la poursuite du rêve chimérique d’un corps fantasmé » (l’Express).

 

          Chrétiens, tenons-nous loin du soufre de l’enfer que Satan s’apprête à déverser sur l’humanité ; une humanité qui rejette Dieu aujourd’hui, et qui demain, adorera les démons.

 

Paul BALLIERE

www.batissezvotrevie.fr

 

        

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Moïse (dimanche, 07 novembre 2021 08:45)

    Merci pasteur Ballière, quelle réalité troublante et terrible de la génération qui monte. Par la grâce en Jésus Christ de notre Père céleste soyons encore dans ce temps les lumières pour notre Seigneur avant le grand retour de Jésus. Je désire briller par sa grâce sur les enfants que Dieu a mit sur ma route pour proclamer que Jésus qui est Le Chemin, et la Vérité, et la Vie.

  • #2

    René (jeudi, 11 novembre 2021 06:57)

    Merci pour cet article qui est un avertissement et nous éclaire sur le monde pervers et corrompu dans lequel nous somme
    Dieu vous bénisses