OVE FALG SA VIE A ÉTÉ UNE LONGUE AVENTURE DE LA FOI

 

 

OVE FALG

SA VIE A ÉTÉ UNE LONGUE AVENTURE DE LA FOI

 

          Dieu envoie un Danois pour aider un Anglais à évangéliser la France !

          Dans ce dernier pays, où les chrétiens se souviennent qu'ils ont été autrefois persécutés et obligés de partir à l'étranger, il fallait peut-être que ce soit depuis l'étranger que revienne, chez nous, le glorieux message de l'Évangile. On avait voulu nous en priver, il nous est revenu plus fort que jamais.

 

          Ove Falg est né à Copenhague le 24 novembre 1900. Il passe son enfance dans la capitale danoise, nourri de littérature avec sa tante Bodil Ipsen, une des plus grandes actrices du Théâtre Royal de Copenhague, et ensuite par son travail dans une maison d'édition.

 

 

« C’est le moment pour toi »

 

          1923. Il veut apprendre le français pour avoir une promotion dans son travail, et il arrive à Paris. Mais rien ne va pour lui en France, il voyage comme un vagabond jusqu'à Nice, il s'engage comme mousse sur un cargo à Marseille, il fait les vendanges pour survivre. Il ne sait pas que Dieu conduit ses pas. Un jour qu'il traverse le Quartier latin à Paris, désespéré, à la recherche d'un emploi, quelqu'un l'interpelle en danois, en pleine rue :

          - N'êtes-vous pas Danois ? 

          Ove Falg est surpris, il ne connaît pas cet homme.

          - Comment savez-vous que je suis Danois ?

          - Je suis au service de quelqu'un que vous avez besoin de connaître : Dieu.

          Ove Falg lui raconte qu'il est luthérien, baptisé et confirmé, mais ce même jour, il se retrouve dans une petite réunion où des missionnaires gallois, dont Thomas Roberts, prient pour la France. Ces missionnaires, venant du Réveil du pays de Galles, allaient vers Dieulefit (Drôme) pour apprendre le français. Ove est bouleversé par la réunion et par la présence de Dieu. L'un d'eux lui dit : « À genoux, frère, c'est le moment pour toi ! » Et Ove Falg s'agenouille, il se convertit au Seigneur, en faisant cette prière : « Seigneur, prends-moi tel que je suis. » C'est bien l'une des premières conversions du Réveil de Pentecôte en France. En 1925, il est baptisé d'eau par le pasteur Jacques Blocher, dans l'Église du Tabernacle à Paris. Ove Falg se rend ensuite dans une Convention au pays de Galles où il découvre le Réveil. « Retourne dans ton pays et tu vas apprendre à vivre pour me servir », lui dit le Saint-Esprit par une prophétie.

 

 

A l’école de Dieu

 

          Et voilà Ove Falg de retour au Danemark, sillonnant le pays avec sa bicyclette et ses sacoches remplies de Bibles. Il est colporteur biblique, il affronte tous les temps et il dort dans les fermes. C'est là que le Seigneur le baptise dans le Saint-Esprit. En 1928, il est à l'école biblique de l'Église Philadelphia de Stockholm. Son professeur est un certain Lewi Pethrus.

          Rempli de l'Esprit et de la Parole, il sera pasteur deux années au Danemark, dans l'Église apostolique de Aalborg. Une chrétienne lui offre une année d'études à l'école biblique Elim de Londres, l'école de George Jeffreys. Ove Falg ne sait pas ce que Dieu veut de lui. Pendant un culte, Jeffreys donne une prophétie : « II y a un moissonneur pour aller de l'autre côté de la mer. Prépare-toi pour rejoindre mon serviteur. » Le cœur vivement touché, Ove Falg se lève pour recevoir l'imposition des mains et partir. L'autre côté de la mer, c'est Le Havre, le serviteur qui attend de l'aide, c'est Douglas Scott face au Réveil qui surgit en Normandie.

 

 

Un cœur pour la France

 

          Novembre 1930. Ove Falg arrive au restaurant « Le Ruban Bleu » du Havre. Il succède à Félix Gallice comme gérant et il est aux côtés de Douglas Scott. Madame Pierre Nicolle lui donne des cours de français et Scott l'envoie ensuite à Liévin, où le Réveil commence en 1931. Dans ses entretiens de baptême, il y a une jeune fille, Georgette Hamon qui deviendra Madame Falg en 1937. Et c'est l'ouverture des œuvres de Lille, puis de Valenciennes.

          1939.Valenciennes est déclarée "zone de guerre". Le couple Falg se rend une année au Danemark (1940-1941). Que vont-ils faire ? À bicyclette, ils évangélisent la région d'Odense, puis ils rejoignent l'Église du Havre-Frileuse à la suite du pasteur Willy Sève. C'est le temps de la guerre. La vie de l'Église est réduite et beaucoup de chrétiens sont évacués. La ville brûle sous un déluge de bombes. Il reste au Havre jusqu'en 1952, et il fondera chez lui sa première école biblique, avec comme élèves Lennart Steen, Pierre Van Woerden, Alfred Gichtenaere. En 1952, le couple Falg s'installe avec leurs enfants Margrethe et Ronald, dans le Borinage belge. Ove Falg s'épuise à la tâche, avec cinq cultes par dimanche, et il souffre d'une dépression en 1956. Il prend une année de repos au Danemark, et c'est là que leur fils Yvon, deux ans, meurt dans ses bras d'une leucémie.

          1957. Il prend la charge d'une Église au Luxembourg, mais c'est une période difficile pour la famille vivant dans des conditions précaires, jusqu'à cet appel du pasteur Gichtenaere qui lui propose de venir lui succéder dans l'Assemblée de Dieppe. Personne n'oubliera son enseignement, comment il établit des anciens et des « diacres », et la « Cabane Bambou », devenue l'église de la rue Jean Rivaud.

          1965. C'est l'heure de la retraite et Charles Heuzé lui succède à Dieppe. Que va faire cet infatigable disciple du Christ qui parlait si bien des Psaumes des degrés ? Pendant dix ans, il visite les Églises en France, en Hollande, au Danemark, en Belgique.

          1975. À soixante-quinze ans, une lettre vient bouleverser son ministère. Un pasteur suédois le sollicite pour Madagascar. Il part pour seize ans de mission dans ce pays du bout du monde qui fascinait son cœur d'enfant, quand il feuilletait son livre de géographie. Il crée une école biblique à Tananarive avec le missionnaire Georges Burki, et il enseigne la Parole de Dieu chaque jour aux futurs pasteurs. De France et du Danemark, il reçoit des dons pour les pauvres. Il fait des distributions de riz et de vêtements pendant ses visites dans les villages. Quel âge a-t-il pour dormir enveloppé d'une couverture sur le sol des cabanes malgaches, et pour passer les rivières sur une chaise à porteurs ? Il sert Dieu avec le feu de la chambre haute.

          1991. À quatre-vingt-onze ans, il revient auprès de sa famille à Dieppe, encore rempli d'une vigueur peu commune.

          1er janvier 2002. Le Seigneur vient le prendre, dans sa cent deuxième année.

 

(Source : Pentecôte)

www.batissezvotrevie.fr

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0