MON OREILLE AVAIT ENTENDU PARLER DE TOI

 

MON OREILLE AVAIT ENTENDU PARLER DE TOI

 

          Job était un homme remarquable. Il était intègre et droit. Il craignait Dieu et se détournait du mal.

          Il était aussi connu de Dieu, et Dieu lui-même rendait de lui un bon témoignage :

          « Il n’y a personne comme lui sur la terre ; c’est un homme intègre et droit, craignant Dieu et se détournant du mal. » (Job 1.1) Et pourtant Dieu permit qu’il fût mis à l’épreuve, et quelle épreuve !

          Job allait tout perdre : ses bâtiments, tout son cheptel, ses dix enfants, tous ses serviteurs, et pour comble sa santé, frappé d’un ulcère malin depuis la plante des pieds jusqu’au sommet de la tête.

 

          « Comment osez-vous dire que Dieu est amour ? »

 

Si ta souffrance te pèse lourdement,

La bénédiction de Dieu qu’elle renferme la dépasse largement.

Ne perds pas cette bénédiction en murmurant contre la croix.

 

La vraie foi est forte parce qu’elle n’attend rien d’elle-même,

Mais tout de Dieu à qui rien n’est impossible.

 

          « Souviens-toi de tout le chemin que l’Éternel ton Dieu t’a fait parcourir… afin de t’humilier et de t’éprouver pour savoir quelles étaient les dispositions de ton cœur et si tu garderais ou non ses commandements. » (Deutéronome 8.2)

 

          L’épreuve est une formation douloureuse mais efficace.

 

          « Regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience. » (Jacques 1.2-3) L’épreuve produit la patience ou la persévérance, et nous en avons besoin. « Vous avez besoin de persévérance, afin qu’après avoir accompli la volonté de Dieu, vous obteniez ce qui vous est promis. » (Hébreux 10.36)

 

          La femme de Job lui dit : « Maudis Dieu et meurs. » (Job 2.9) Elle en avait assez de le voir dans cet état de souffrir ainsi. Job lui répondit : « Tu parles comme une femme insensée. Quoi ! nous recevons de Dieu le bien, et nous ne recevrions pas aussi pas le mal ! En tout cela, Job ne pécha point par ses lèvres. » (Job 2.10)

 

          Quel exemple pour nous !

 

          La souffrance a défiguré le visage de Job au point que ses amis ne le reconnurent même pas.

          Les mois passèrent et Job entendit beaucoup de discours, des bavardages de culpabilisation, mais aucun encouragement, aucune parole de réconfort ni de consolation. Mais il ne broncha pas ; écoutons-le :

          « Mais la souffrance étouffe mes soupirs. Oh ! Si je savais où le trouver, si je pouvais arriver jusqu’à son trône, je plaiderais ma cause devant lui…Mon pied s’est attaché à ses pas ; j’ai gardé sa voie, et je ne m’en suis point détourné. Je n’ai pas abandonné les commandements de ses lèvres ; j’ai fait plier ma volonté aux paroles de sa bouche. Mais sa résolution est arrêtée ; qui s’y opposera ? » (Job 23.3,4,11-13)

 

          La foi ne nous protège pas des épreuves, mais elle nous remplit de paix au sein de l’adversité.

 

          Le regard de Job resta fixé sur son Dieu et il attendit le moment de Dieu.

          Espérant contre toute espérance, il ne douta point, mais il fut fortifié par la foi.

 

          N’oubliez jamais, même dans les moments les plus sombres, d’apporter à Dieu votre reconnaissance, car il l’attend. Par ta gratitude, tu t’attires son aide et de nouvelles grâces. Celui qui est reconnaissant ne manquera jamais de rien.

 

          « Mon oreille avait entendu parler de toi », dit Job (Job 42.5) Mais après bien des épreuves, maintenant il peut dire : « Mon œil t’a vu » (42.5). Après l’épreuve viennent la grâce et la bénédiction. Dieu releva Job et le restaura complètement.

          « Mieux vaut la fin d’une chose que son commencement. » (Ecclésiaste 7.8)

 

          Amis, bon courage et que Dieu vous bénisse et se révèle à vous !

 

Alain PORCHEL

www.batissezvotrevie.fr

 

Informations :

          Dans notre rubrique « Réponses aux grandes questions », vous découvrirez aujourd’hui un nouvel article : « Pourquoi Dieu est-il jaloux ? La jalousie n’est-elle pas un sentiment indigne de lui, et même incompatible avec sa sainteté ? » Pour lire cet article, cliquez sur le lien :

 

https://www.batissezvotrevie.fr/r%C3%A9ponses-aux-grandes-questions/

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Un frère (lundi, 14 janvier 2019 04:20)

    Je préfère les Vert pâturages que les sombres vallées mes a chaque fois que j'ai traversé l'une ou l'autre Jésus était avec moi il est fidèle

  • #2

    Francis (mardi, 15 janvier 2019 10:13)

    Ce message arrive à point nommé pour moi.
    Quelle bouffée d'oxygène.
    Merci Pasteur.
    Soyez béni.